Covid-19, abritant un droit essentiel

L'APEMIP (Association des professionnels et sociétés immobilières du Portugal), avec plusieurs sociétés de médiation immobilière, a appelé le gouvernement à reconsidérer "la position concernant l'autorisation des visites en personne par les professionnels de l'immobilier"

Luís Lima, le président de l'APEMIP , est venu pour reprendre son accord avec les mesures de confinement décidées par le gouvernement, dans le contexte de l'état d'urgence et de la pandémie actuelle, en vue de stopper la contagion du virus et de protéger la santé et la vie des Portugais.

Luís Lima, président de l'APEMIP (Association des professionnels et des sociétés immobilières au Portugal) Cependant, il a rappelé que l' accès au logement est un droit essentiel des citoyens, défendu constitutionnellement et mis en garde contre la tragédie imminente que certains professionnels du secteur immobilier pourraient connaître si d'autres mesures ne sont pas prises.

Ainsi, l'APEMIP a publié une déclaration demandant à l'exécutif d'António Costa d'examiner la possibilité de faire des visites de propriétés avec rendez-vous préalable:

Il n'y a aucune raison de ne pas permettre aux sociétés immobilières de continuer à faire leur travail. Nous pouvons fermer la porte et travailler sur rendez-vous, en nous assurant comme nous l'avons fait jusqu'à présent, du respect de toutes les règles d'hygiène et de sécurité. Le télétravail ne résout pas notre problème et nous n'avons pas d'alternatives telles que les «plats à emporter» à notre disposition. Dans l'immobilier, les affaires sont menées avec des personnes et impliquent des visites de biens immobiliers. Les médias numériques ne suffisent pas à surmonter cet obstacle, car personne n'achète une maison sans la visiter en personne.

Comment l'achat d'une voiture peut-il être considéré comme plus essentiel que l'achat ou la location d'une maison? Il ne s’agit pas que certains soient plus ou moins importants que d’autres, mais de justice. L'immobilier ne peut pas continuer à être le parent pauvre de l'économie. Il faut se rappeler que c'est ce secteur qui a tiré profit de la reprise économique?!

En outre, Luís Lima a énoncé certaines incohérences dans les mesures imposées par le confinement à ce secteur, et a profité de l'occasion pour rappeler que les restrictions peuvent constituer "une véritable invitation à célébrer les affaires en parallèle et à la médiation illégale":

Cela n'a pas de sens pour les experts-experts de continuer à faire des évaluations, pour les banques de continuer à accorder des prêts, pour les notaires de continuer à rédiger des actes, pour que les propriétaires puissent vendre des maisons en particulier , pour que les constructeurs continuent à travailler et même à vendre des biens immobiliers, lorsque la grande force de vente est au point mort.

Luís Lima est également préoccupé par la survie des entreprises du secteur, arguant que ce nouveau confinement a un impact encore pire que le premier:

Si dans le premier confinement les entreprises ont réussi à révéler une certaine résilience et à surmonter ce moment, cette fois, il sera très difficile pour les sociétés immobilières de survivre , puisque le fonds de roulement existant s'est épuisé au cours de l'année écoulée. D'autre part, les incertitudes et l'instabilité de l'emploi commencent également à affecter les familles, qui préfèrent reporter des décisions aussi importantes que l'achat d'une maison , ce qui a entraîné une baisse de la demande qui a commencé à se faire remarquer depuis septembre , et qui devrait être accentuée avec ce nouveau confinement.

Lettre ouverte au président de la République portugaise, au Premier ministre et au vice-ministre de l'Économie

Suite à la déclaration de l'Association des professionnels et entreprises de l'immobilier du Portugal, plusieurs représentants du secteur se sont réunis, sous la tutelle de l'APEMIP, pour rédiger une lettre ouverte concernant le nouveau confinement. Lisez la lettre ici:

Son Excellence le Président de la République portugaise,
Son Excellence le Premier Ministre,
Son Excellence le Vice-Ministre de l'économie,

La situation que traverse notre pays est terrible et sans précédent. Le secteur immobilier est absolument favorable aux actions du gouvernement pour lutter contre la pandémie et défendre les citoyens. Nous savons et réalisons combien il est difficile de trouver l'équilibre entre des mesures sanitaires efficaces et le maintien de l'activité économique.

Dans notre activité quotidienne, nous nous efforçons d'assurer le respect de tous les protocoles de santé, assurant la sécurité et la protection de tous nos employés et clients.

Avec l'annonce d'un nouveau confinement, qui a débuté le 15 janvier, nous n'avons pu nous empêcher d'être surpris par l'obstacle au maintien de l'activité de courtage immobilier, surtout si l'on considère que toutes les autres étapes de la chaîne sont autorisées: des experts évalués continuent de faire des évaluations, le secteur financier continue d'accorder des prêts au logement, les notaires continuent de rédiger des actes, les propriétaires peuvent vendre des maisons en privé, les constructeurs peuvent continuer à travailler et même à vendre.

Cette situation est également une véritable invitation à conclure des affaires en parallèle et une médiation illégale.

La rupture de ce lien entre les clients et la médiation immobilière bloque les ventes et les baux et peut plonger certains de nos citoyens dans des situations d'angoisse et de fragilité, car on ne peut oublier que la maison est étroitement liée au cours de la vie des gens.

Il est essentiel de comprendre que la demande de logement résulte de changements familiaux - mariages, divorces, émancipation des jeunes, naissances, décès, héritages et mobilité professionnelle - qui continuent de se produire, même en période de pandémie.

De plus, la réalisation d'une transaction immobilière est un processus complexe et chronophage, qui implique l'implication de plusieurs domaines - juridique, procédural, financier, hypothécaire, commercial, entre autres - et qui nécessite un suivi et des conseils spécialisés aux consommateurs. De plus, même si le fait de vendre, d'acheter ou de louer la maison fait partie d'une forte composante émotionnelle, soit pour les raisons déjà décrites, soit parce que, pour l'écrasante majorité des familles, la maison est l'acquisition la plus importante de leur vie.

Par conséquent, les consultants immobiliers assument un rôle fondamental dans ce processus, et à un moment où les niveaux d'insécurité et d'incertitude n'ont jamais été aussi grands, nous ne pouvons manquer de soutenir les familles portugaises en leur fournissant l'assistance spécialisée dont elles ont tant besoin.

Dans l'immobilier, les affaires sont menées avec des personnes et impliquent des visites de propriétés. Les médias numériques aident beaucoup, mais ils ne suffisent pas à surmonter cet obstacle, car personne n'achète une maison sans la visiter en personne.

Nous, agents du secteur, sommes véritablement concernés par nos agences et leurs employés, mais aussi par les citoyens qui recherchent et ont besoin de solutions de logement et de conseils spécialisés de consultants immobiliers.

Nous appelons donc à une reconsidération de la position concernant l'autorisation des visites en face-à-face des professionnels de l'immobilier , au regard de l'intérêt général et de la garantie du respect du droit constitutionnel au logement, mais aussi au regard de l'impératif d'accompagner les familles portugaises à accéder aux solutions de logement dont ils ont besoin.

Conscients que nous sommes sur des questions de santé, nous sommes disponibles pour renforcer encore les protocoles mis en place par DGS pour éviter toute contagion, en limitant le nombre de visites et de visiteurs grâce à la réservation obligatoire préalable, le nettoyage total des installations à chaque visite, et imposant à tous nos collaborateurs de télécharger et d'utiliser l'application «STAYAWAYCOVID».

Notre volonté est de pouvoir exercer une profession essentielle pour tous les citoyens, dans les meilleures conditions possibles, en faisant de l'immobilier, comme toujours, l'un des principaux moteurs du dynamisme économique du pays.

Lisbonne, le 19 janvier 2021
Président de l'APEMIP, Luís Carvalho Lima

Médiation de l'achat et de la vente de maisons en période de covid-19

Médiation immobilière en période de pandémie Covid-19

Depuis l'arrivée de la pandémie de Covid-19 au Portugal en mars 2019, le secteur de la médiation immobilière a consciemment adhéré aux directives recommandées par la DGS et a pris des mesures rigoureuses pour enrayer sa propagation. Beaucoup d'entre nous ont toujours essayé de faire un effort supplémentaire en termes de sécurité, qu'elle soit personnelle ou pour nos clients:

  • Développer des activités de médiation et de collecte de fonds via les médias numériques ;
  • Parier sur les nouvelles technologies afin de faciliter les visites de la propriété (visite virtuelle et 3D, vidéos hors ligne et en direct) ;
  • Permettre la signature de contrats de financement et de promesses d'achat et de vente, virtuellement;
  • Toutes les correspondances, contrats, documents ou propositions sont échangés par courrier électronique;

En période de pandémie, la recommandation est de rester à la maison, de faire du télétravail , de respecter le confinement et de développer l'activité à travers les médias numériques. Cependant, il existe des exceptions, chaque fois que la visite de l'acheteur sur le bien devient indispensable, les formes d'approche virtuelle s'épuisent et lorsque c'est le seul facteur déterminant pour l'achat urgent. Les visites ont toujours été effectuées en tenant compte du protocole de sécuritéconseillé.

Ainsi, en ce qui concerne les clients et les visites de propriétés:

  • Les clients acheteurs sont bien qualifiés , en termes de motivation et de capacité financière, afin d'éviter des visites inutiles;
  • La visite se fait avec un maximum de 2 personnes, plus le conseiller immobilier ;
  • Les visites aux acheteurs faisant partie du groupe à risque défini par la DGS (plus de 70 ans et / ou avec des maladies à risque) ne sont pas autorisées;
  • Dans le cas où la propriété est habitée, assurez-vous que toutes les portes intérieures, volets, stores, portes de garde-robe, meubles de cuisine ont été ouverts et les lumières allumées par le propriétaire, résident ou consultant , avant la visite ;
  • Utilisation de gel désinfectant pour les mains, utilisation d' un masque clinique / N95 , utilisation de gants et de protections jetables sur les chaussures ;
  • Distanciationsocial, en évitant de toucher des objets à l'intérieur ou à l'extérieur de la maison et en aérant la propriété avant et après la visite;

Concernant les propriétaires:

  • Les visites de propriétés dont les propriétaires font partie du groupe de risque défini par la DGS ne sont pas autorisées ;
  • Avant de partir, les propriétaires doivent ouvrir toutes les portes intérieures, volets, stores, armoires et portes des meubles de cuisine et allumer la lumière.
  • Dans le cas où le consultant est accompagné du (des) propriétaire (s), il doit rester à l'extérieur de la propriété pendant la visite;
  • Les propriétaires prendront note du rapport de visite par e-mail.

Le logement comme droit constitutionnel et accès à un bien essentiel

Dans la lettre ouverte désormais adressée au président de la République, au Premier ministre et au ministre de l'Économie, les abonnés défendent que le secteur puisse travailler en personne, garantissant le respect du droit constitutionnel au logement, mais aussi en raison de l'impératif de soutenir les familles portugaises. accéder aux solutions de logement dont ils ont besoin.

Je rappelle que l'article 65 de la Constitution de 1976 décrit le droit au logement comme fondamental de la manière suivante:

  1. Chacun a droit, pour lui-même et sa famille, à un logement de taille adéquate, dans des conditions d'hygiène et de confort et qui préserve l'intimité personnelle et l'intimité familiale.
  2. Afin de garantir le droit au logement, l'État est responsable:
    1. Programmer et exécuter une politique du logement insérée dans les plans de réaménagement général du territoire et soutenue par des plans d'urbanisation qui garantissent l'existence d'un réseau de transports et d'équipements sociaux adéquats;
    2. Encourager et soutenir les initiatives des communautés et populations locales visant à résoudre leurs problèmes de logement et à promouvoir l'auto-construction et la création de coopératives d'habitation;
    3. Stimuler la construction privée, soumise à l'intérêt général.
  3. L'Etat adoptera une politique visant à mettre en place un système de revenus compatible avec les revenus familiaux et l'accès à son propre logement.
  4. L'Etat et les collectivités locales exerceront un contrôle effectif sur le parc immobilier, procéderont à la nationalisation ou à la municipalisation nécessaire des sols urbains et définiront le droit d'usage respectif.

Le texte constitutionnel place le logement dans le groupe des biens essentiels pour une vie décente. C'est sur la base de ce concept que d'autres biens et services étaient considérés comme prioritaires et soumis à une protection spéciale au titre des mesures d'exception en vigueur dans cet état d'urgence, tels que la nourriture, les médicaments, l'eau, l'électricité, le gaz, etc.

Ainsi, un peu de bon sens est de mise, sachant que ce secteur a été l'un de ceux qui ont le plus respecté les normes de sécurité, pour la protection de tous. Bonne santé et protégez-vous!

Mis à jour le: 
20. janvier 2021
 
5 lectures

Suivez-moi sur les réseaux sociaux