L'IMI des maisons vacantes ou en ruines triple dans 20 municipalités, l'année prochaine

L'administration fiscale et douanière a reçu des demandes de 20 municipalités d'appliquer des taux IMI triples aux immeubles considérés comme vacants ou en ruine. Le montant de la taxe à percevoir est pour l'année 2016 et sera réglé en 2017.

Parmi les municipalités bien connues se trouvent Porto, Covilhã, Lisbonne, Cascais, Sintra et Almada. En d'autres termes, si vous êtes propriétaire d'une maison en ruine ou parce que vous vivez depuis plus d'un an, vous devrez payer la taxe IMI majorée, dont la valeur sera le triple de ce que vous paieriez normalement.

En plus de cette pénalité qui triple la valeur de l'IMI, il y a encore une autre clause dans le code IMI qui prévoit une pénalité de seulement 30%, le choix entre les deux étant facultatif et la responsabilité de chaque municipalité. Le nombre de caméras qui ont opté pour cette option plus douce dépasse de loin les 20 caméras mentionnées.

Les maires justifient cette mesure par la nécessité de dynamiser le marché du logement, contribuant ainsi à la récupération et à la réhabilitation des immeubles vacants, ou en état de ruine. Je me souviens qu'en outre, les mêmes chambres ont favorisé l'exonération ou la réduction de l'IMI pour ce type de bien, si les propriétaires décident de réaliser des travaux de réhabilitation ou de promouvoir leur bail.

Cette mesure est inscrite dans la loi depuis quelques années, mais ce n'est que maintenant qu'elle est devenue possible car les entreprises fournissant de l'électricité, de l'eau et du gaz ont été obligées de communiquer aux municipalités les contrats avec une consommation trop faible. Une fois les propriétés dans cette situation identifiées, il y aura une audition préalable avec les propriétaires, avant que la propriété puisse être considérée comme vacante et être pénalisée dans le taux IMI.

Pour 2017, l'OE a défini pour les taux normaux - avant toute pénalité - le taux maximum de 0,45% et le taux minimum de 0,3%. Le choix de la valeur exacte, dans ces limites, est de la responsabilité de chaque commune.

 
4 lectures

Suivez-moi sur les réseaux sociaux